Beaucoup de travail


Je ne vais pas vous donner de conseils ou d'idées d'occupation, vous êtes assez grands. Juste des liens lecture, parce que bon, c'est mon job quand même.
Mon opinion politique sur tout ça m'amènerait trop de trolls donc je me la garde et j'en ferai un bouquin, mais bon, dans Les Affamés, il y avait pas mal de choses déjà sur la question de la santé, et hélas, il n'y a pas de happy end pour les écrivains. Les autres se portent bien, ne vous en faites pas, c'est le propre des dictatures sanitaires. (sauf les pauvres, mais ça, ça ne change pas)

J'ai juste envie de partager un peu le quotidien, parce qu'après tout, écrire, c'est mon mode de communication favori. Cette photo de Simi Panék illustre bien mon idée de la façon dont le capitalisme gère cette situation pas si inédite en fin de compte. 

Vu qu'on a vécu le début de la crise sanitaire en Italie, qu'on a été confiné 15 jours avant tout le monde, on est assez zen à la maison : après un petit coup de panique à l'idée que mon boulot allait être fortement impacté et un autre en pensant à mes proches (plus le moment où je me suis aperçue qu'on n'avait plus de sirop de sucre de canne), j'ai observé la brusque flambée de moraline, savouré les bonnes blagues et organisé le quotidien. Les lutins sont finalement assez calmes : Romane fait des origamis et des gâteaux, Manon écrit et fait du vélo sur les chemins déserts autour de la maison, mon bonhomme bosse parce que tout ne s'est pas arrêté et moi aussi, parce que j'ai beaucoup de taf en fait que je pensais faire cet été. On n'est pas à plaindre. Ah, au fait, les sorties de 8848 mètres et de L'arbre-lit sont décalées sine die !

En plus, cette situation d'anticipation immédiate me donne plein d'idées : elle invalide certaines de mes projections, en confirme d'autres. Je prends plein de notes pour mon futur roman post-apo façon Le mur invisible et Dans la forêt. Si vous avez Fortune cookies en numérique, je vous le conseille pour le côté gestion de crise en cas d'état d'urgence, sinon vous aurez la réédition en poche en septembre si vous n'êtes pas mort (c'est de l'humour noir, ne me jetez pas de cailloux !). Si vous êtes plus désoeuvrés que nous, tous à vos liseuses !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le miroir d'un moment

Tous à poils

La carte du tendre