Articles

Affichage des articles du octobre, 2019

Engagement (2/3) - Le speed dating des Imaginales

Image
Rivages, sortie du jour Couverture d'Aurélien Police Comme je l'expliquais la semaine dernière, la littérature, c'est ma voix/e et mon chemin, et aider les livres à advenir dans ce monde qui en a bien besoin me donne un sentiment de plénitude. Organiser le speed-dating des Imaginales est le moyen le plus direct de voir le roman passer de "projet sur ordi" à "trésor dans la librairie" ! Après VRP de la littérature, je me désigne aussi comme sage-femme, puisque je pratique cette drôle de maïeutique. Comment elle fonctionne ? Tous les copains écrivains en témoigneront, il y a bien des manières de s'entraider : entre collègues, on se soutient, l'écriture n'est pas forcément un métier solitaire. Cela suppose quelques compétences ! Écouter des histoires jusqu'au bout sans être gêné par les spoils. Savoir se brancher sur une scène pour l'imaginer et la visualiser afin d'aider l'ami à trouver l'adjectif juste pour &q

Comment pouvons-nous espérer parler des choses qui nous concernent vraiment ?

Image
(Dessin de Elesq ) Il y a quelques mois, je rédigeais un article sur les montagnes russes du métier d'auteur qui me semblait circonscrire un peu mon sentiment :  https://augredemeshumeurs.blogspot.com/2018/11/les-montagnes-russes.html Mais la vie fait qu'on n'en a jamais fait le tour ! Aujourd'hui, j'ai l'impression d'être à la fois dans le creux et au sommet et je peine à nommer ce point précis. (photo de Laura Williams ) Un projet est sorti de sa gangue, il éclot doucement, déploie ses pétales et ça me bouleverse parce que c'est un roman pour lequel j'ai vraiment creusé au dedans. J'ai fouillé le sable dans mon propre corps pour en sortir des sensations, des ressentis, ces petits éclairs de perception non intellectualisés qui font qu'on se sent vivre. On se sent exister, être au monde parce qu'on est sans cesse touché, bousculé, effleuré, écorché par les éléments, par les autres, par nous-même. C'est ça que j'ai ch

Engagement (1/3) - le GGG ou Guide des éditeurs de l'imaginaire

Image
Vous savez, ou pas, que je suis engagée de différentes manières pour la Littérature. Je peux même avancer que c'est mon way of life. J'ai commencé  par enseigner la littérature pendant des années, d'abord pour payer mes études de lettres, puis en tant que prof ; j'ai étudié la littérature pendant dix ans — je continue —; je rédige des dossiers pédagogiques sur des paquets d'oeuvres pour la jeunesse ; j'ai moi-même produit une quinzaine de bouquins et je sillonne la francophonie pour parler des bienfaits de la littérature à des milliers de mouflets. J'envisage d'ouvrir une bibliothèque jeunesse dans mon immense garage et de créer une maison d'auteurs, de faire des podcasts pour faire entendre certains textes que j'aime, etc. Mais il y a un autre engagement qui me tient à coeur, et c'est l'entraide entre auteurs. Tout a commencé en décembre 2009... Décembre 2009, quelque part à l'est de Paris, première convention Cocyclics. Po