Les paroles d'un fou

(Dans le train Dax-Bordeaux. Un fou parle seul. Je note ses paroles. En regardant par la fenêtre, on voit la forêt des Landes)

J'aime les hirondelles... 
Ce sera différent quand ils feront de la conception d'enfants. Il y en aura peut-être trop. Des portées. Peut-être que c'est ça qui nous sauvera.
- silence -
C'est bien que la vie elle change, c'est beau le changement. Le futur médical animaux humanoïdes, est-ce que ce ne serait pas un sujet de philo pour le bac ?
De toute manière, je pense que par la médecine, on va commencer d'abord par guérir le souci animal. Interdit de manger de la viande le vendredi. Après.... manger du poisson.
Faut remonter loin pour avoir les mêmes origines qu'aujourd'hui.
Qui dit qu'il n'y a pas une personne qui n'était pas assise là, il y a 40 000 ans qui ne disait pas ce qu'il pensait mais qui pensait ce qu'il voulait dire.
La France, c'était forestier, il y avait des forêts partout, 90% de forêts. Maintenant, c'est 30%, 40%. Il y a encore des grands espaces de forêts. Je ne pense pas que ce sont les forêts qui ont engendré. Ce sont les saisons. Pourquoi on a besoin d'un meilleur moment d'une saison et du meilleur moment d'une autre saison. Parce qu'elles se régénèrent. On parle souvent du superficiel, de l'artificiel, y a la surface et il y a le côté protégé. Et tout ça, ça évolue par les origines animales météorologiques. Faut pas croire, y aurait que des animaux sur terre, c'est pas sûr que les espèces vivraient. On a toujours été gardien de son troupeau. C'est comme l'ours qui hiberne, il a besoin d'un gros repas et de sa saison à se reposer, en autogourmandise.
C'est les 4 saisons, be quiet. Be quiet.
- silence -
Même s'il fallait remonter dans un arbre, on n'aurait plus confiance alors après, on peut pas dire que c'est l'homme qui casse tout. Parce que si on monte dans un arbre et que c'est le vent qui nous casse... la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Des fois, c'est l'arbre qui cache la forêt. Amen.
Avec un train sans voyageur, on arriverait vite. Quel sacré arbre, celui-là !
Faut les réveiller ces gens qui dorment, ils coûtent cher !
- silence -
On n'a plus de rivières qui coulent à flot pour aller à la pêche et manger de bonnes moules. On n'a plus de paille pour dormir à la belle étoile à un prix raisonnable. Point trop d'abus ! On joue trop avec la sensibilité. Il peut y avoir des périodes. C'est déjà pas mal qu'il y ait des bonnes périodes pour bien vivre, sur le dos des autres. Si on veut avoir un bon contact, il faut accueillir les gens, pour qu'ils aient une bonne découverte de l'environnement. Faut pas empêcher les enfants d'avoir une bonne éducation pédagogique, sinon, c'est comme de la craie noire sur un tableau noir. On peut très bien faire venir les gens à croître dans le système économique de la société si on tente quelque chose comme on propose aux touristes, on n'a pas besoin de tourner la tête. Les gosses se noyent. On se fatigue pas les neurones, on veut pas se fatiguer les neurones. Découvrir la privation une semaine : si on pouvait avoir une semaine de pénitence ! Une semaine charismatique pour un peu avoir une liberté de penser. Moi, j'en ai toujours été dégoûté de ce système, pourtant j'aime bien le capitalisme, mais on ne le fait pas au détriment de l'esclavage, de la misère. Ca n'a rien à voir avec l'argent, l'argent n'est pas un pouvoir. Les gens font des concours de personnalités, mais ils sont qui pour juger ?
- silence -
Quand on est gamins, quand on sait pas trop comment s'amuser, quoi faire de ses journées et qu'on nous incite à apprendre nos leçons, le catéchisme par exemple, ça va pas forcément nous ouvrir l'esprit mais ça veut dire que les parents y nous protègent ; si vous arrivez à vous exprimer en disant vos sentiments, vos sens, c'est ce que la grandeur vous apporte, grandir par soi-même, dans la nature. On apprend la religion au départ et on continue de l'apprivoiser tout au long de sa vie. Si on a eu peur et qu'on s'est repris en main, c'est encore meilleur. La vie, elle est faite d'embûches ; faut bûcher, pas bûcher de la tête ou des épaules, faut bûcher de la bûche. Faut arrêter de dire oui à l'esclavagisme, au roi, à la décapitation. On va pas replonger. Je sais qu'il y a la peur, mais voilà, on va pas replonger.
- silence -
Souvent, en ce qui concerne la démocratie, il faut l'inventer pour mieux l'insurger, mais jamais pour la faire se suicider. Les gens qui ont commencé par vous expliquer les choses à la racine, il n'y en a pas beaucoup. Par contre, ceux qui commencent par Pythagore, ils vont vous en dire des pages et des milliers de pages, ils ont peur de rien. Je me rappelle la chanson de Nougaro. C'est un monde qui développe la folie meurtrière, la folie du mal, la folie du profit.
Vous avez pas entendu, à New York, ils ont un week-end tous les 25 ans. Ils font forts, hein ! Ils ont fait ce qui devait être. Ils portent leur fardeau. Il y a des gens qui portent leur handicap, pareil.
- silence -
Je vois des visages dans le ciel. J'ai vu comme un smiley, une tête toute ronde. Hier soir, à 7h30, il faisait pas encore nuit, j'ai l'impression que la nuit n'est pas pareille que d'habitude. J'étais en train de me préparer à manger et je regarde par la fenêtre, il fait encore jour ! Je mange entre 6H30 et 8h30 d'habitude, j'ai besoin de changer en ce moment. Mais l'essentiel, c'est d'avoir l'estomac plein.
- silence -
C'est sympa de voir tout replanté, ici. C'était horrible en 99. C'est resté vide des années, ils arrosaient tous les jours. C'est multiplié par... par plus que ce qui existait. Il y a plein d'essences. Vous avez un arbre préféré ? J'en connais pas plus que ça, je sais qu'il y en a des très jolis, j'aime bien les arbres qui font 40 mètres. J'avais le même plantage de jardin aérien quand j'étais petit, c'était pas des champignons qui poussaient, c'était des noix. Des chênes et des noyers. Le chêne dans les racines avec des noix, ça doit être du costaud.
- silence -

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le miroir d'un moment

Tous à poils

La carte du tendre