Le discours des vieux

Parfois je me heurte au discours des gens vieillissants qui disent :
"Ce que tu présentes comme une avancée n'a rien de nouveau, il en a toujours été ainsi, on s'est déjà inquiété de la planète, de pédagogie, de création artistique, on nous a déjà promis l'apocalypse, la nouvelle méthode miracle ou l'approche radicalement différente. Les discours alarmistes sont vains car nous avons vécu, nous avons entendu maintes fois les alarmes et nous sommes toujours là sans que rien n'ait vraiment bougé. Il n'y a donc pas de réel danger, n'est-ce pas ? Pas de réel progrès, n'est-ce pas ? Nous n'y croyons plus ! Vous avez l'impression, vous, les jeunes, de dire du nouveau, vous découvrez le monde et vous êtes persuadés de le voir enfin comme il est vraiment, comme si nous n'avions pas, avant vous, fait ces découvertes et ne vous les avions pas montrées. Tout ce que vous dites n'est en fait pas si novateur, pas si étonnant. Et de fait, il est vain de vous émerveiller car, arrivés à notre grand âge, vous serez d'autant plus désabusés que vous aurez été enthousiastes. Comme nous."
J'ai l'impression, dans leur discours, que nous tournons en rond comme des hamsters dans une cage.
Pourtant.
Si l'enthousiasme et les alarmes sont toujours proférés avec la même urgence, le propos change et les avancées sont réelles !
J'en reste persuadée.

J'espère ne jamais perdre cette curiosité et cette énergie.

Réflexion née de la lecture de Jacques Rancière, Le maître ignorant.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

Le miroir d'un moment