Un jour, une question - Jour 2

Deuxième jour, deuxième question :


Question 2 : Comment ressentez-vous, vivez-vous le fait d'être écrivain ?


Bon, cette question concernera plus les lecteurs du blog qui écrivent aussi, mais vous pouvez appliquer cette question à vos domaines d'action aussi : Comment ressentez-vous, vivez-vous le fait d'être comédien, peintre, engagé dans la vie associative, spationaute, passionné de constructions en allumettes ou autre ?

Bref, voici ma réponse :


Je me sens libérée depuis que j'ai quitté ma place de fonctionnaire, je ne suis plus tenue par le devoir de réserve, même si j'ai d'autres devoirs bien sûr : l'honnêteté intellectuelle, le refus de la manipulation, surtout sur de jeunes esprits, restent ma ligne de conduite. Au quotidien, cela est amusant de constater que mes bizarreries, ma vision particulière du monde, comme chacun a la sienne pourtant, sont valorisées par mon statut. "C'est une artiste" est un passeport permanent pour me permettre d'être moi-même sans qu'on y trouve à redire. En fait, je suis toujours la même, mais ce statut m'affranchit de certains a priori corsetés qui entouraient ma fonction de professeur, ou tout simplement ma condition d'être "commun". On me passe beaucoup plus facilement mon originalité depuis que je me présente comme artiste. J'avoue que ce stéréotype m'est très bénéfique car je prends confiance en moi et en la singularité de mon regard et de ma parole. D'autant qu'on me demande de plus en plus de les faire résonner publiquement ! Mais bien sûr, le revers de la médaille, c'est de réfléchir en permanence à mes propos pour ne pas tomber dans la démesure, l'orgueil ou la malhonnêteté intellectuelle.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

Le miroir d'un moment