lundi 14 décembre 2015

Dysfonctionnelle d'Axl Cendres

Un excellent moment de lecture, encore, avec Dysfonctionnelle d'Axl Cendres, une auteur de chez Sarbacane qui a un talent fou. J'ai tout lu de cette auteure qui a le sens de la narration, le bon sens de la folie douce, le talent du détail qui fait la saveur du texte.

Dysfonctionnelle est une histoire de familles foutraque, à la Malaussène, avec plein de questions très justes sur ce qu'est une "bonne" famille et sur l'identité, la culture, la place qu'on peut avoir dans la société quand on est hors les clous. On embarque dès le premier chapitre et on n'a plus envie de fermer le livre. Il y a des mystères que la narration à la première personne permet de garder pour la suite, et une architecture assez simple à suivre sans rester linéaire, ce qui attise l'intérêt.

C'est un roman qui fait du bien en ce moment, avec Fidèle, dite Bouboule, cette héroïne mi-kabyle, mi-juive et qui va à la messe tous les dimanches, d'une intelligence supérieure, homo, fan de foot et surtout incroyablement gentille.

J'ai été singulièrement touchée par les personnages de la mère et de la grand-mère, deux femmes incroyables, mais aussi par ce père d'une grande tendresse, un dur au coeur chamallow. Une des plus belles scènes est le partage de la bouteille de Sauvignon avec sa fille, alors qu'ils sont profondément en désaccord. 

L'histoire de la famille, l'histoire d'amour avec Sarah, les déboires de Fifi à l'école, l'apprentissage de la vie, les relations fraternelles, tout s'imbrique pour composer un tableau très coloré et, comme Sarah, on en redemande sans en croire vraiment ses yeux : pourtant oui, cela est bien l'histoire de Fifi et finalement, la vie réelle est souvent tout aussi bordélique, incroyable.

L'autre saveur incomparable, c'est l'humour... on rigole, qu'est-ce qu'on rit ! J'ai eu un fou rire quand le père de Fifi lui offre son permis de conduire pour ses 18 ans ! 

Tout un tas d'éléments qui font tout simplement de Fifi une personne comme plein d'autres : aucune des questions soulevées ne l'emporte et ne justifie une morale ou une leçon déguisée, Axl Cendres nous livre un roman d'une finesse très appréciable, elle donne à la littérature ses lettres de noblesse car elle évite tout didactisme, tout moralisme et arrive cependant à nourrir notre culture et notre réflexion. J'en bave d'envie, je voudrais savoir faire ça. C'est juste un pur bonheur de lecture !



Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule, grandit dans une famille dysfonctionnelle ; Papa enchaîne les allers-retours en prison, Maman à l’asile ; mais malgré le quotidien difficile, Fidèle vit des moments de joie, entourée de ses six frères et sœurs aux personnalités fortes et aux prénoms panachés : Alyson, JR, Dalida, Jésus… Cette tribu un peu foldingue demeure Au Bout Du Monde, le bar à tocards que tient le père dans Belleville, théâtre de leurs pleurs et rires.

À l’adolescence, la découverte de son « intelligence précoce » va mener Fidèle à « l’autre » bout du monde : un lycée des beaux quartiers où les élèves se nomment Apolline ou Augustin, et regardent de haut son perfecto, ses manières de chat de gouttière et ses tee-shirts Nirvana. Mais c’est aussi là que l’attend l’amour, le vrai, celui qui forme, transforme… celui qui sauve.

- Le retour d’Axl Cendres, trois ans après « La drôle de vie de Bibow Bradley » (Pépite du Salon du Livre de Montreuil 2012, + de 5 000 ex. vendus) !

- Trois ans… le temps nécessaire pour écrire un « grand » livre, le plus personnel, qui concentre les facettes d’une auteure exceptionnelle : loufoquerie, tendresse, dialogues hilarants, galerie de personnages…

- Un roman jaillissant : un réservoir d’histoires qui fusent au sein d’une famille « tribu » aussi loufoque qu’attachante.

2 commentaires:

  1. Quand tu t'y mets, So, tu sais vraiment donner envie ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci Roanne ! J'espère que tu le liras !

    RépondreSupprimer