De l'utilité du savoir



A l'heure où les réductions drastiques de moyens dans les collèges me désespèrent et font vaciller ma vocation d'enseignante, je découvre ces mots d'Hubert Reeves avec délice et je les partage avec vous :

Reconnaître les étoiles, c’est à peu près aussi utile (ou inutile...) que de savoir nommer les fleurs sauvages dans les bois [...] La vraie motivation est ailleurs. Elle est de l’ordre du plaisir. Le plaisir de transformer un monde inconnu et different en un monde merveilleux et familier. 

Il s’agit d’«apprivoiser » le ciel, pour l’habiter et s’y sentir chez soi.

(Hubert Reeves, préface du Petit Guide du Ciel (Bernard Pellequer), Paris, Editions du Seuil, 1990)

Commentaires

  1. Merci pour cette jolie phrase du jour (d'Hubert Reeves en plus, cerise sur le gâteau aromatisé à la Voie Lactée...)

    RépondreSupprimer
  2. De rien, je ne pouvais que la partager, elle va illuminer mes prochaines semaines... ou même plus ! Je pense que je vais la copier sur une affiche dans ma salle de classe !

    RépondreSupprimer
  3. bah moi, ça me met du beurre au cœur.... (parce que le baume c'est moins bon). merci pour le cadeau

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre