lundi 7 avril 2014

Once there was a Hushpuppy




Intérieur jour, voiture, paysage défilant. Je tourne la tête et je la vois, assise dans son fauteuil de voyage avec un livre, si blonde, si belle. Elle porte un pull léger délicat, gris souris et rose poudré, que sa soeur portait avant elle, s'obstinant de même à mettre la libellule sur le devant quoique le vêtement l'ait prévue dans le dos. Ainsi, elles peuvent voir les ailes dentelle du fragile insecte qui les caractérise si bien. Je regarde de nouveau devant moi, vers l'avenir, et soudain j'ai peur de tourner la tête. Peur de constater non pas la présence d'une petite fille devenue une ado boudeuse mais l'absence fantomatique de mon enfant, qu'une catastrophe quelconque peut toujours me voler d'ici qu'elle soit assez grande pour que ce ne soit plus seulement notre affaire.





2 commentaires:

  1. J’ai l’impression que tu as été rendre visite aux Bêtes du sud sauvage ;)

    RépondreSupprimer
  2. Woué ! Il est beau, hein ? Je l'ai vu à la sortie, un grand moment, exactement le cinéma que j'aime !

    RépondreSupprimer