Une éternité pour nous. Un instant pour eux.

Ce matin, un conseil de lecture : le roman de Cindy van Wilder, have fun !

(chronique rédigée à l'origine pour Callioprofs... mais je voulais la partager ici aussi !)


4ème de couv


— Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.
— Nous ?
— Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. (Il baissa le son de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux.

Peter, un adolescent sans histoires, échappe de justesse à un attentat et découvre que l'attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d'un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d'une société secrète, les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie.

Mon avis

Premier roman de cette auteure que vous connaissez parce que j'en parle souvent, Les Héritiers, le tome 1 de la trilogie des Outrepasseurs, ne pouvait manquer de passer sur le grill ! Bien sûr, on pourra m'accuser de partialité vis-à-vis de ma collaboratrice, mais je ne peux pas dire du mal de ce roman uniquement pour échapper à ce soupçon car c'est un bon roman ! Ce premier tome est de grande qualité car, outre une plume riche et élégante, dont les images accompagnent parfaitement la plongée onirique du héros, ce roman présente deux grandes originalités : il s'agit d'un récit enchâssé, réussi, d'une part et l'auteur redonne vie aux mythes anciens des fés, qui ne veulent aucun bien aux humains. En tout cas, loin des petites fées de Walt Disney.





Nous plongeons directement dans l'action avec une mise en tension, une attaque dans le jardin, tout-à-fait mystérieuse ; cette mère métamorphosée, la rencontre de Noble lors de cette convocation à "Lion house" posent plus de questions qu'elles n'apportent de réponses. Et pour cause, ces héros de la trilogie ne seront pas les personnages principaux de ce tome : il s'agit donc pour l'auteur de nous attacher à eux sans que nous attendions trop impatiemment ces fameuses réponses qui sont disséminées dans le roman et viendront surtout dans le tome 2. Ce qui nous intéresse ici se passe un millénaire avant, dans un village médiéval en pleine expansion. Et la plongée dans cet univers rude est à mon sens très réussi. Très bien documentée, l'auteure donne une image juste des conditions de vie de l'époque et le point de vue de ce frère script nous permet de comprendre ces âpres personnages.

Mais il ne s'agit pas d'un roman historique car très vite, nous sommes confrontés aux fés, et particulièrement au Chasseur, un prédateur de jeunes gens, un fé puissant et malsain, dont le désir va créer le trouble et amener la guerre entre fés et hommes, donnant naissance aux Outrepasseurs. Ainsi la filiation de Peter sera-t-elle expliquée au fur et à mesure. Ces personnages du folklore médiéval sont bien différents des petites fées mignonnes des peintures anglo-saxonnes, nous sommes dans la tradition de Shakespeare où Titania enlève un homme pour le mettre dans son lit, juste parce que cela lui plaît. Honneur est rendu aussi au Roman de Renart, dont on retrouve les figures principales, dans un beau retournement de l'allégorie : ces animaux sensés représenter les hommes sont, dans les Outrepasseurs, des hommes eux-même, avec leurs défauts et leurs vices. Glaçant, pervers, séducteur, le Chasseur est le personnage le plus impressionnant, une figure si bien construite qu'elle me semble encore vivante une fois le livre fermé. La Tisseuse est aussi angoissante et le personnage d'Arnaut particulièrement fort aussi, avec son malaise et sa souffrance, sa délicatesse aussi face à son père brut et ombrageux.

Un roman très réussi ! Et un bel objet en plus, pour ne rien gâcher !


Recommandation pour les copains profs :

Un roman à avoir au lycée, pas avant car il est sombre et qu'il n'est pas destiné aux plus jeunes : certains passages sont angoissants et l'auteur ne fait pas de langue de bois sur la sexualité des fés (sans que ce soit choquant, mais des petits risqueraient de ne pas être à l'aise avec certaines pages). Le roman, par ses multiples références littéraires et sa documentation efficace sur le Moyen-âge permet de le proposer en lecture cursive dans une séquence sur les réécritures : ce pourrait être vraiment intéressant pour montrer aux élèves comment la fantasy moderne réactualise la littérature du merveilleux.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre