Les Outrepasseurs arrivent !


Jeudi 31 janvier, à l'orée de la nouvelle année chinoise, se déroulait un événement exceptionnel dans les sous-sols parisiens... Dans une cave voûtée dont l'origine remonte aux plus anciens temps de la capitale,   quelques dizaines de chanceux étaient invités à découvrir l'auteur des Outrepasseurs, Cindy van Wilder, pour présenter ce premier tome d'une trilogie incroyable, à paraitre dans 15 jours. 


Résumé

Londres, 2013. Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l'attaque le visait personnellement et qu'elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d'un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d'une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout...



Le lieu était habité par les temps anciens puisque les premières pierres des Jardins St Paul ont été posées au XIIIème, époque à laquelle débutent Les Outrepasseurs. François Rabelais y a vécu, il y est même mort en 1553, et son écriture carnavalesque a aussi dû nourrir la prose de Cindy, tant le défilé de ses créatures, de ses hommes-animaux est incroyable. A l'entrée des Jardins St Paul, nous trouvons donc une trouée dans le sol pour descendre dans ces caves, des salles voûtées où l'on se presse pour voir Cindy. Le lieu est rapidement envahi et chacun se voit attribuer une "maison" : sous forme de carte, on nous donne symboliquement notre appartenance au Lion, au Renard ou au Loup. Un cadeau nous sera remis lorsque tout sera fini. Les serveurs sont charmants : "C'est important aussi !" dit l'auteur !

Extrait : "- Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

- Nous ?

- Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux."



Des blogueuses, des libraires, des lecteurs de Babelio, des journalistes et quelques amis sont donc là pour rencontrer l'auteur et on sent une envie incroyable de parler du roman ; tout le monde est étonné par l'originalité, la singularité de cette histoire et l'engouement est palpable. Une lectrice explique : "Ce n'est pas du tout le genre de littérature que je lis d'habitude mais là, j'ai adoré. Il y a de l'action du début à la fin et pourtant, il est léger. J'aime bien la façon dont elle a conçu l'intrigue, ses descriptions sont efficaces et courtes, c'est pas du Pancol. On est dans le bain tout de suite, on attend la suite avec impatience. "


Un autre lecteur, un maître-lecteur même, s'enthousiasme pour cette revivification des mythes anciens, comme celui du changelin, il exprime son admiration pour le réalisme des sensations de la chasse. Tous s'interrogent sur le tome 2, sur ses surprises et la direction que prendra Cindy van Wilder. Les rares chanceuses qui l'ont lu sont assaillies de questions curieuses.

Après avoir échangé avec Cindy qui navigue avec naturel de groupe en groupe, nous sommes invités à nous réunir dans une des pièces voûtées par Angela Léry, la responsable événementielle. Une chorégraphie de Sylvain Rigot, spécialement conçue pour la soirée, sur une musique toute aussi originale de Xavier Creff, nous est offerte et c'est tout étonnés que nous observons les évolutions de ce danseur sauvage, un faune mystérieux et inquiétant, à l'image du Chasseur, un des personnages centraux des Outrepasseurs. 

Angela nous présente l'équipe de Gulf Stream, en particulier Paola Grieco, l'éditrice de Cindy, qui explique comment elle a rencontré l'auteur et le texte, l'enthousiasme du comité de lecture et son envie de mettre cette trilogie en avant, de lui donner la place qu'elle mérite. 

Puis Cindy prend la parole pour raconter son propre cheminement, du défi qu'elle s'était lancée, elle qui aime tant cela, à la rédaction puis aux corrections longues mais pleines de surprises et de joies aussi. Enfin, la soumission du texte et la rencontre avec Gulf Stream. On apprend qu'elle a choisi le XIIIème parce qu'il a été le début de l'histoire moderne, (je repense à Bakhtine et à Rabelais ici !), qu'elle a voulu s'amuser avec l'intertextualité du Roman de Renart mais aussi donner des fés une image plus proche de ce qu'elles étaient avant Disney.

Extrait : "Devait-il comprendre que les mystérieux ennemis qui lui avaient envoyé les molosses et les fés, lesquels tourmentaient leurs ancêtres, ne formaient qu'une seule et même personne? Des fés … Ils se révélaient bien différents de la fée Clochette dans le dessin animé de Disney ou des mignonnes illustrations qui ornaient les livres de contes !"

Cindy nous lit alors un passage du roman, un excellent passage d'ailleurs, représentatif de son style fluide et riche en images, avec cette expression franche des sentiments, loin des niaiseries qu'elle dit détester dans la littérature YA puritaine. Car Cindy a beau être encore une auteur débutante, elle n'en est pas moins maître de sa pratique, réfléchissant sur les implications de ses choix littéraires et grande lectrice aussi.

Angela Lery nous invite ensuite à rejoindre nos maisons pour recevoir nos cadeaux ; des livres que nous allons pouvoir faire dédicacer, des carnets spécialement imprimés pour l'occasion et des affiches. C'est adorable et une file de lecteurs se presse pour que Cindy leur mette un mot à chacun : elle le fait avec sérieux et gentillesse, discutant avec chacun, prenant le temps de personnaliser ses dédicaces, oubliant de se nourrir !

Une auteur attentive à ses lecteurs, heureuse d'être là et un roman qui promet de réunir des milliers de lecteurs : voici une soirée de lancement des plus réussies !

Commentaires

  1. Ooooh ! J'étais complètement passée à côté de cet article, heureusement que Cindy a relié depuis celui qu'elle vient de mettre en ligne dans le cadre de sa sortie.
    On sent que vous avez passé une super soirée, c'est le plus important ! Et c'est clair que l'équipe édioriale a vraiment soigné cette publication et son auteur. C'est du beau travail.

    RépondreSupprimer
  2. J’aurais aimé être là, ça devait être un moment très émouvant… Un bel article, bravo ! ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre