samedi 28 décembre 2013

Les mains libres


Pour les parutions du premier trimestre 2014, me voici avec un nouveau pseudonyme. (il n'est pas dit que je ne change pas, ensuite)

Pourquoi un pseudonyme ? Pour avoir les mains libres...

Explication dans cet extrait de L'oeil vivant, de Starobinski, à propos de Stendhal :

"Le nom est situé, symboliquement, au confluent de l'existence "pour soi" et de l'existence "pour autrui" : il est vérité intime et chose publique. En acceptant mon nom, j'accepte qu'il y ait un dénominateur commun entre mon être profond et mon être social. Or c'est à ce niveau que le pseudonyme entend opérer une disjonction radicale. Il va séparer deux mondes au point même où, par le truchement du langage, leur réunion était rendue possible. Par ce geste, l'égotiste se révolte contre son appartenance à la société. Il refuse d'être livré aux autres en même temps qu'il est donné à lui-même.
Pour lui, la liberté d'agir n'est concevable que dans l'insubordination : c'est pourquoi il recourt au pseudonyme qui lui rend les mains libres."

Egotisme : tendance à ne parler que de soi. Ce n'est pas aussi grossier que le narcissisme ou l'égocentrisme, c'est plus subtil. Stendhal, le plus célèbre des égotistes, faisait semblant de parler des autres pour parler de lui, par exemple. On peut aussi faire parler les autres pour faire parler de soi. Bref,
Voilà la peinture de l'amour-propre, dont toute la vie n'est qu'une grande et longue agitation ; la mer en est une image sensible, et l'amour-propre trouve dans le flux et le reflux de ses vagues continuelles une fidèle expression de la succession turbulente de ses pensées, et de ses éternels mouvements." (La Rochefoucauld, Maximes)
Vous aurez compris mon jonglage entre égotisme et auto-dérision, puisque, dans un sursaut de révolte contre la tyrannie de mon amour-propre, j'ai choisi un pseudo un tant soit peu ridicule (oui, vous êtes autorisés à le penser puisque je l'affirme). Mais symbolique !
La différence avec Stendhal tient donc dans mon choix de nom qui n'est pas pseudonyme d'un rêve d'ascension sociale : il est un sursaut de liberté dans cette société où l'on ne choisit ni son nom de naissance, ni son nom d'épouse, ni celui de ses enfants. On prend ce qu'on nous donne. J'ai arraché un lambeau de liberté en gardant la possibilité de choisir mon nom de plume.

Enfin, pourquoi Edgar ?

Réponse en images :





En définitive : quoi que ce pseudonyme signifie symboliquement, psychanalatyquement ou littératurerement, vous ne pouvez pas m'attraper. Ni m'attacher. Je suis libre !!! Liiibre !

(quid ? J'ai l'air de me débattre ? J'aimerais vous y voir, c'est compliqué, dites !)

2 commentaires:

  1. Tu m'épateras toujours ! Réussir à faire un article si littéraire sur la simple question du pseudonyme, il fallait le faire.
    Par contre, si c'est le Edgar des Aristochats qui t'inspire le plus, tu permets que je donne un conseil à ton matou ?

    "Cours, Pattenrond, cours !..."

    (sorry, elle était facile celle-là)

    RépondreSupprimer
  2. Tu n'es pas loin...Si on suppose qu'Edgar remplace symboliquement mon nom d'épouse, comme tu sais ce que mon mari pense des chats... Pattenrond se méfie quand il le voit avec une casserole...

    RépondreSupprimer