L'élucidation des moyens du roman est encore loin.

Ce matin, un court extrait de En lisant en écrivant, de Gracq, sur l'impossibilité d'analyser un roman et un joli tacle de Valéry et Breton, par ricochet, puisque le second ânonne bêtement ce que dit le premier sur le roman. 

Ce qui en réalité agace dans le roman les esprits fanatiques de précision comme celui de Valéry, ce n'est pas qu'ils disent qu'il est (et qu'il n'est pas), c'est le retard grandiose qui persiste, par rapport à la poésie, plus finement disséquée, dans l'élucidation de ses moyens. Ce n'est pas la naïveté ou la grossièreté de ses procédés et de ses prétentions, c'est la complexité sans égale de ses interférences et des interactions, des retards prémédités et des anticipations modulées qui concourent à son efficacité finale – complexité et enchevêtrement tels qu'ils semblent ajouter une dimension à l'espace littéraire, et que, dans l'état actuel de "la science des lettres", ils ne permettent que le pilotage instinctif et les hasards de la navigation sans visibilité. Tout compte dans un roman, tout comme dans un poème.[…] mais le champ de forces emmêlées qu'il représente est trop vaste et trop complexe encore aujourd'hui pour un début de saisie intellectuelle précise, et le mode de calcul qu'elle exigerait n'est pas encore né.

Bref, analyse du roman = EPIC FAIL



D'autant plus que, comme le dit Jean-Paul Goux dans La voix sans repos et sans bruit :

Sans être exagérément polémique, ici encore, on peut considérer que, du côté de la critique, la réflexion sur la prose a été largement stérilisée depuis plus de trente ans par la place envahissante qu’ont prise la narratologie et la théorie des genres : les classiques de ces disciplines n’occupent pas seulement désormais des rayons entiers de livres de poche, ils ont investi l’enseignement littéraire et les « manuels méthodologiques » du secondaire et du premier cycle des facultés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre