Première projection

Musique d'ambiance :


 Ce soir, comme Chris Montagne, le héros de Moana et non le vrai Chris photographe, j'ai fait une projection de cinéma. En vrai, toute seule avec la machine (numérique, pas de bobines, je ne suis pas si douée) dans la cabine du projectionniste.
Et hasard ou destin, mon coeur balance, c'était l'histoire d'un photographe.
Une place sur terre, avec Benoît Poelvorde, touchant mais pas toujours juste. Sexy dans sa détresse et son alcoolisme, il n'a pas d'issue, il s'enfonce. Loin des conneries pince-sans-rire et surtout sans rire dont il est capable, Poelvoorde est magnifique. Dansant sur une chanson espagnole tout en tirant sur ses clopes qu'il fume avec élégance (mais quelle torture, autant de clopes dans un seul film !), il est un peu limite, comme le film : beaucoup de clichés mais de vraies belles images. La forêt, leur drôle de cour d'immeuble, l'image de la piscine inversée.
Mais tellement de clichés aussi : le voyeurisme, la découverte de celui-ci, la jalousie de Matteo, l'erreur avec Margot, la vieille copine qui soutient toujours...
Les seuls moments originaux à mon goût : la scène de famille, bordélique et très forte et la scène ou Poelvoorde refuse l'exposition mondaine parce qu'il préfère vivre. Hélas, cela lui est refusé et il n'aura l'expo qu'en lot de consolation.
"Eléna", sa voisine pianiste, archéo et suicidaire est trop tout et rien à la fois. Pourtant, l'actrice joue avec talent. Mais on ne la suit pas parce qu'elle ne livre rien  et elle n'a pas de courbe, elle reste la même du début à la fin : son mal-être est trop flou pour être crédible. Et entre eux deux, Matteo et sa robe de princesse, sa mère toujours absente, son baby-sitter déjanté : il m'a immensément plu mais il est incroyablement triste.
C'est un film d'un pessimisme affreux mais cependant très bien joué.

Voilà donc pour mon premier film... en sortant de là, écoutant Gorillaz à fond sur les petites routes de campagne, je me suis dit pour la centième fois que je devais me mettre plus sérieusement à la photo. Silvie saura sans doute m'apprendre certaines choses, elle qui a tant de talent pour attraper la beauté des gens. J'aimerais juste, pour ma part, attraper la beauté des choses. Vincent m'aidera aussi, j'espère.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre