lundi 30 septembre 2013

Ecrire avec Paul : 1, détails sur l'avant


Introduction : Voici un article sur 14/14, le roman que nous avons écrit avec Paul. Paul est l'auteur talentueux de 3 romans de fantasy déjà parus :
- Le Hussard Amoureux, 2010, Mnémos 
- La Perle et l'Enfant, 2010, Mnémos
- Les derniers Parfaits, 2012, Mnémos
et d'un roman d'anticipation à paraître chez Castelmore, Le jour où, que j'adore ! 


(Navrés que vous êtes par le caractère nombriliste de ce blog, vous conviendrez que je fais un effort en considérant aussi le nombril de mon camarade, ce qui démontre mes capacités empathiques.)


Jeu : de quel Paul s'agit-il ?














Vous aurez tous deviné que c'était le numéro 4, quoique le numéro 7 soit émoustillant et le 8, douloureusement affolant aussi ! Donc. Ecrire avec Paul (1)


"Je pense qu'un roman, c'est une longue somme de détails..."
Il le dit si justement et notre roman est bien cela, une longue somme de détails que nous avons égrenés doucement, depuis bientôt 1 an.



Ecrire à deux, ce n'est pas simple, tout le monde nous l'a dit. Mais nous avions quelques avantages.


1/ Nous avions déjà travaillé ensemble : un GGG, un an. Nos postes de permanents (ndrl : ceux qui sont en haut de la pyramide, Wouaaah Power !) au sein du collectif Cocyclics, presque 3 ans. Il nous semblait évident que nous pourrions travailler encore ensemble, que cela serait même très plaisant et enrichissant.
2/ Nous nous connaissons bien aussi : à se fréquenter tous les jours, par téléphone, par internet... (Scène récurrente : Mon mari me tendant le téléphone : "So, c'est Paul : tu n'y passes pas plus de 2 heures ?"). De fait, nos enfants s'aiment bien, nos conjoints nous supportent, nous ne sommes pas trop loin géographiquement mais assez pour que nous ne puissions pas écrire ensemble, ce qui convient bien à nos âmes d'écrivains solitaires.
3/ Nous avons enfin, dans notre histoire à chacun, bien des traits communs qui nous rapprochent : enfants rochelais, enfants d'enseignants, enfants de lettres, nous avons fréquenté les mêmes lieux, les mêmes salles de classe, les mêmes fauteuils de cinéma, peut-être même, les mêmes séances mais nous ne le saurons jamais... Et c'est fort drôle. Nous nous sommes croisés pendant des années sans le savoir et nous nous ne sommes trouvés ces points communs que bien plus tard, alors que nous avions tout deux quitté La Rochelle.
4/ Nous sommes des petits poneys et cela nous donne une volonté supérieure qui nous permet de croire en l'impossible.





Voici donc l'idée du roman à deux mains.
Parenthèse : (ou quatre, je n'ai jamais réussi à choisir ; on me dit qu'on n'écrit que d'une main, que l'on parle des 4 mains au piano. Mais dans les faits, nous écrivons sur nos pianos d'ordinateurs, et donc bien avec nos dix doigts... quoique... Peut-être que Paul ne tape qu'avec 2 index ?? dans ce cas, nous écrivons à 12 doigts puisque pour ma part, j'en utilise 10. Non... je dois être honnête : j'utilise rarement les annulaires. Je ne sais pas pourquoi puisque j'utilise volontiers les auriculaires. Donc dix doigts.)

L'idée : écrire un roman sur 1914, deux héros, des lettres et un peu de magie. 

Comment tout cela a-t-il commencé ? Nous sommes aux Utopiales, dans les canapés rouges, entourés de batraciens coassant et ce projet nous enthousiasme, nous sommes survoltés, Agnès nous écoute et prend déjà un ticket pour la bêta. Hélas, le temps nous manque : Paul sort Les Derniers Parfaits, moi Les Moelleuses, nous laissons filer l'hiver et arriver en février, il n'y croit plus. De l'avis de X, il est trop tard, nous n'aurons pas le temps avant 14. Et bien sûr un roman sur 1914 en 2015, c'est vraiment stupide !
Là, j'y vais au culot ; en visite chez l'éditeur pour parler d'un autre projet, j'en parle à B. et S. à qui cela plaît. Je sors de chez eux, j'appelle Paul : "Tu n'as plus le choix, j'ai trouvé un éditeur."
C'est parti... Nous commençons réellement en avril, je vérifie... le premier fichier date du 2, c'est bien ça.


Voilà, dans le prochain article qui paraitra sans aucun doute quand j'aurai trouvé le temps de l'écrire, je reviendrai sur notre technique de partage du travail (en gros, je fais tout et Paul ne fait rien, comme pour le GGG).

7 commentaires:

  1. Pas pour dire, ma grande, mais ton image de poney ressemble drôlement à un lama échappé de la teinturerie ^^
    Hâte de lire (bientôt) ce petit bijou concocté à 4 mains/vingt doigts/ bref on s'en fout ^^
    (Oh et pour l'anecdote de l'éditeur.... Pourquoi ca ne m'étonne absolument pas ? ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Excellent article, hâte de connaître la suite de l'aventure ^^

    RépondreSupprimer
  3. Ouf, j'ai pris mon ticket à temps !!!
    J'ai hâte de lire ce que l'inséparable duo nous a concocté... ;)

    RépondreSupprimer
  4. Silène, arrête de prendre des photos de moi tout nu quand je fais des bonds dans le jardin, c'est gênant à la fin.
    Ah et puis une dernière chose : j'écris avec tous mes doigts, d'abord (sauf ceux des pieds, enfin, j'espère).

    RépondreSupprimer
  5. Fantastique ! J'ai hâte d'en lire davantage !

    RépondreSupprimer