Bascule

Voilà, aujourd'hui, j'ai 35 ans. Je pense arriver là au point d'acmé. Ou plutôt au tournant car je n'envisage pas de chuter ensuite, mais au contraire de dérouler doucement le pas jusqu'au terme. Je fixe ce terme à 70 au plus tôt, en espérant en rabiocher 10 de plus
(en cessant de fumer dès aujourd'hui).
Je n'ai jamais eu peur de mourir,
J'ai toujours eu peur de mourir seule, d'être la dernière et d'avoir vu tous les autres partir.

Elle a les joues crevées de chagrin. Appuyée contre le bois de la porte close, elle tient des cendres. La nuit lui fait mal aux yeux. Elle sait qu'elle ne pourra pas rester là, qu'elle a encore des choses à faire. Ses lèvres sont mordues, ses yeux sont noirs, seule comme un insecte sur la vitre écrasé.

Alors de fait, je préfère que cela soit plus court mais plus intense !

Il y a encore peu de temps, quand j'ai entamé la trentaine, je pensais que mon cerveau allait continuer à dégénérer tranquillement, étant que j'avais appris, petite, que notre cervelle grandissait jusqu'à 20 ans puis s'abîmait jusqu'à ce que nous sombrions dans le gouffre de la vieillesse. Fort heureusement, ce n'est pas vrai ! Notre organe principal continue à produire des connexions et des cellules nerveuses jusqu'à la mort !

Or, donc, mon avenir s'est soudain illuminé ! Je viens de passer 25 ans à tout apprendre, me tenir debout, faire pipi sur les toilettes, lire et écrire, le théorème de Pythagore, dessiner, tenir sur une poutre, jouer Strindberg, la phonétique historique. Puis j'ai passé 10 ans à tout construire, le mari, le boulot, la maison, la petite, la deuxième maison, le deuxième boulot, la deuxième petite (non pas de deuxième mari, je garde le premier pour quelques temps encore !).

Maintenant, je vais pouvoir profiter !
Et cette année-charnière a pris tout son sens lorsque j'ai su qu'on me l'offrait pour préparer l'agrégation : c'est bien cela, l'avenir que je souhaite, lire et chercher, écrire, partager, aller toujours plus loin pour qu'au terme, mon cerveau fonctionne encore.


Allons !

Commentaires

  1. L'écrivain est comme le vin, il se bonifie avec le temps, que je te souhaite long et prospère ;) Joyeux anniversaire.

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique texte. Joyeux anniversaire!
    Mégane

    RépondreSupprimer
  3. j'aime bcp...et j'aime toujours autant te lire...quel talent! je t'embrasse affectueusement. claire

    RépondreSupprimer
  4. Tout le mal que je te souhaite, ma belle <3 <3 Encore un très joyeux anniversaire et que cette année t'apporte son lot de bonheur :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre