Dame Baleine au Salon du livre

Pour les lecteurs non avertis et s'étonnant de la faune peuplant ce texte, apprenez que je suis enceinte et membre du collectif d'écrivains Cocyclics, dont les auteurs portent tous des pseudonymes étranges et s'appellent entre eux "les grenouilles" !


 Abandonnant Cachalot et Baleineau dans leur lointaine province, dame Baleine prend, alerte et vive (si, si !), la route de la capitale. Le soir, elle s'empiffre avec son amie et hôte au lieu de dormir, ce qui est le comble du déraisonnable dans son état mais comme elle a brillamment réussi son test de glucose, le bébé ne craint rien.




Au petit matin, la copine de la baleine lui file des coups de pied pour qu'elle sorte du lit et elle part, soufflant et ahanant vers le métro, elle regrette d'avoir pris un troisième cookie. Elle a rendez-vous avec l'ours, son chef (projet Guide des éditeurs de l'imaginaire), qui la maltraite et en plus, la fait attendre en se moquant d'elle avec deux sirènes, Pingu et NB

Heureusement, des amis bien plus charmants la rejoignent et attirent avec leur charisme époustouflant (Garulfo a un don !) une journaliste de RTL qui va poser la première pierre de la carrière médiatique de
dame Baleine.


L'ours rapplique, attiré par la journaliste, on s'en doute, et en profite pour obtenir aussi sa minute de gloire. Il n'a même pas de chocolat pour dame Baleine malgré tout ce qu'il lui a fait subir.




Là, Blacky et dame Baleine se la jouent grandes dames et lâchent honteusement leurs comparses pour passer par l'entrée des artistes 

et attendre en papotant qu'ils aient fini de faire la queue. Eux les snobent mais elles les retrouvent quand même chez Gründ pour le champagne. C'est qu'ici, on fête la future publication des Fedeylins de NB. Dame baleine s'abstient, of course, elle est raisonnable quand même ! L'ours la kidnappe pour qu'elle l'accompagne chez Mnémos où il peut enfin profiter de son succés en vrai ce qui la rend très heureuse (le bonheur des autres, même si, en l'occurrence, ils sont vilains, ça l'émeut, dame Baleine). La pucelle de Diable-vert sera en septembre dans les librairies... Jamais deux sans trois, elle va savourer le bonheur d'une troisième auteur de ses amis grenouilles en demandant une dédicace à Samantha


Elle lui commande le tome 2 bien sûr ! Pour ajouter à son bonheur, elle croise même Bénédicte, qui est aussi dans les préparatifs pour la sortie de son roman, Les yeux d'Opale, chez Gallimard !




Après, c'est un peu le brouillard : dame Baleine a faim, personne ne semble comprendre que cela devient impérieux, bien plus que de s'asseoir ou d'acheter un livre mais elle arrive à entraîner mine de rien tout le monde vers la sandwicherie et peut enfin manger (ah, le flan, c'est mal !). Elle peut enfin discuter avec Syven, dont le roman Au sortir de l'ombre est prévu pour février aux éditions du Riez.
Ensuite, il y a le métro : tout le monde prend soin de dame Baleine, elle avoue qu'elle aime bien ça, elle en profite !
Et puis le salon de thé, le pied ! Plein de grenouilles, une crème brûlée à la violette, de belles discussions avec Syven, NB, Beorn, Garulfo, Macalys etc..., un thé aux fruits rouges, deux superbes échanges avec Samantha et Pandora, un cheese-cake, un troc de références en littérature jeunesse, un jus de fraise... 
Dame Baleine est heureuse.
On va chez Scylla (librairie de l'Imaginaire !) et dame Baleine résiste héroïquement à l'idée de dévaliser le magasin; elle discute avec Perceron, avec Arnaldus, elle est ravie.
Enfin, le resto, dame Baleine se demandait quand est-ce qu'elle allait manger ! Elle se régale, tant des oreilles que des papilles à écouter tous ces esprits brillants et à goûter toutes ces saveurs nouvelles.
Elle voit la fin arriver avec tristesse et songe avec amertume qu'elle ne reverra pas les grenouilles avant longtemps... 
Dame Baleine a un peu envie de pleurer mais elle se retient parce que les débâcles hormonales, c'est rarement joli à voir. Elle fait un dernier coucou à NB qui s'éloigne dans sa rame de métro et seule, elle peut enfin verser une petite larme... 
vous me manquez déjà beaucoup, merci à tous !
Happy end : dame Baleine a pris un kilo !

Commentaires

  1. En bon ours, je n'ai qu'un mot à dire : grrrrrrr !

    RépondreSupprimer
  2. C'était super de discuter avec toi :) je reviens de l'intervention avec les élèves de 5e... ça me conforte dans tout ce qu'on a dit ^^

    RépondreSupprimer
  3. J'ai été vraiment ravie de (te soûler avec mon bla bla) te revoir ! Triste aussi de te quitter...

    RépondreSupprimer
  4. Ca fut trop court, je suis bien d'accord, et on remet ça dès que possible. :) De gros bisous à la Baleine. :)

    RépondreSupprimer
  5. Dame Baleine, je ne connaissais pas ce surnom.

    Pour les grenouilles, je crois quand même qu'elles sont à portée de mail, ou de blog.

    Content de voir que tu apprécies les vrais choses de la vie... le chocolat !
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  6. Bises d'une autre chocolatomane ^^

    RépondreSupprimer
  7. Je suis dégoûtée mon com n'est pas passé ! Je disais que cet article est merveilleux :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre