Articles

Mais comment tu fais tout ça ?

Image
En ce moment, je lis les supers conseils de Nadia Coste sur l'écriture : c'est ici, c'est très intéressant et c'est pendant tout le mois de janvier :

http://nbcoste.blogspot.com

Si vous voulez commencer par le premier : http://nbcoste.blogspot.com/2019/01/conseil-n1-trouver-sa-methode.html

Dans l'un de ses articles (Conseil N°11 : écrire 10 minutes avant d'ouvrir ses mails), il y a une phrase qui m'a vraiment marquée :

"Et rappelez-vous : PERSONNE n'a le temps d'écrire. Ce temps-là, on le vole."

Du coup, comme je suis une super voleuse de temps, j'ai réfléchi à une dizaine de trucs que j'applique et que je peux partager avec vous.


Souvent, on me demande : "Mais comment tu fais tout ça ?" : la réponse, c'est que je suis paresseuse. Pour être tranquille, il faut donc m'organiser pour faire vite ce qui est ennuyeux, le faire bien (sinon, il faut refaire... c'est bête) et/ou remplacer les tâches ennuyeuses par des t…

La fuite en avant ?

Image
Souvenir : "grâce" à cette drôle de fonction souvenir de facebook qui te rappelle que rien de ce que tu écris sur le net ne s'efface jamais, je retrouve cette mini-tribune du 10 décembre 2015 :



 Il y a 3 ans, j'étais encore prof et je commençais à craquer vraiment. Depuis, ben, j'ai renoncé à l'enseignement et j'écris des livres dans lesquels il y a des révolutions sociales et écolo (les deux en même temps, oui !), des gens qui aident les réfugiés, des jeunes qui se battent contre l'injustice sociale et de la philosophie bouddhiste. Je suis pas fière d'avoir renoncé, mais je pouvais plus. J'essaye d'agir autrement pour ma société, mais je garde un goût amer.

Parfois l'impression d'avoir fui un métier qui me rendait malheureuse plutôt que privilégié la voie/x de l'écriture par choix.

Les montagnes russes

Image
Il y a des jours comme ça où on est dans le train, très tôt, pour aller voir des élèves qui ont lu votre livre, on est les Vrp de la création litteraire, on vend du rêve. On s'est couché trop tard, c'est pas raisonnable. On s'est levé trop tôt et ça explique les métaphores éculées. On a passé des jours éprouvants avant ce jour-là, on a encore beaucoup de travail après ce jour là. On regarde par la fenêtre les lumières dans le noir, on pense à tous ces gens qui se sont levés trop tôt aussi. On est un peu fatigué.
C'est un de ces jours ou on se demande pourquoi. Pourquoi j'écris encore, pourquoi je fais ce métier ? C'est les montagnes russes ce métier, c'est le grand huit, la grande peur, la belle montée, le sommet glorieux, la dégringolade fulgurante, l'apaisement passager, le hurlement de peur, le rire de joie pure.
Pourquoi ?
On fait des listes.
Il y a les enfants qui vous accueillent tous plein de joie et de questions, les lecteurs qui vous suivent d…

De l'écriture

Image
Alors que je finis de lire Linea Nigra de Sophie Adriansen, un bien beau livre, qui remue beaucoup de choses et de souvenirs, je m'interroge.


Je lis mes amis : je parle avec eux et ensuite je les lis, et inversement. Nous partageons nos livres et nos mots et je peux les entendre de deux manières : l'une qui appartient à tout le monde et l'autre qui n'appartient qu'aux artistes entre eux. Car je sais écrire et je sais comment ils écrivent : je peux donc les entendre dans la façon dont ils mettent en forme leur propre matière, leur propre regard sur le monde. Là, je lis Sophie et je sens, devine la façon dont toute sa merveilleuse personne a créé le livre,  je sais un peu du mélange entre sa propre matière et la fiction et cette lecture est d'autant plus émouvante. J'ai ressenti la même chose en lisant Einstein, le sexe et moi d'Olivier Liron : je l'entendais. Je voyais comment il avait transformé ce qu'il est en roman, j'étais heureuse de voi…

Qui a tué mon père

Image
Magnifique lecture ce matin, portrait tendre et amer, mise en accusation de nos dominants qui tuent leur peuple à coup de lois précarisantes, de réduction d'aide, de déremboursement des soins... tandis que les fachos récupèrent les votes des pauvres gens en faisant du populisme sur l'essence, un texte qui dit simplement la vie d'un homme qu'on appelle fainéant, assisté avec ce mépris de classe qui donne la nausée. 

Un très beau texte sur les relations familiales, le lien père/fils.

Court, percutant, important.

Les paroles d'un fou

Image
(Dans le train Dax-Bordeaux. Un fou parle seul. Je note ses paroles. En regardant par la fenêtre, on voit la forêt des Landes)
J'aime les hirondelles...  Ce sera différent quand ils feront de la conception d'enfants. Il y en aura peut-être trop. Des portées. Peut-être que c'est ça qui nous sauvera. - silence - C'est bien que la vie elle change, c'est beau le changement. Le futur médical animaux humanoïdes, est-ce que ce ne serait pas un sujet de philo pour le bac ? De toute manière, je pense que par la médecine, on va commencer d'abord par guérir le souci animal. Interdit de manger de la viande le vendredi. Après.... manger du poisson. Faut remonter loin pour avoir les mêmes origines qu'aujourd'hui. Qui dit qu'il n'y a pas une personne qui n'était pas assise là, il y a 40 000 ans qui ne disait pas ce qu'il pensait mais qui pensait ce qu'il voulait dire. La France, c'était forestier, il y avait des forêts partout, 90% de forêts. Mai…

Nietzsche et les ruminants

Image
J'ai du mal à atterrir après le Tibet, j'ai la tête qui tourne et des difficultés à transformer tout cela en texte intelligible. Alors j'en profite pour lire et je me suis beaucoup amusée avec un passage du philosophe Nietzsche (j'ai trouvé La généalogie de la morale à la boîte à livres et il s'avère que justement, je me pose beaucoup de questions sur la morale chrétienne depuis mon séjour au pays du véhicule de diamant).

Je vous le donne, c'est la fin de l'avant-propos :

"Si d’aucuns trouvent cet écrit incompréhensible, si l’oreille est lente à en percevoir le sens, la faute, me semble-t-il, n’en est pas nécessairement à moi. Ce que je dis est suffisamment clair, à supposer, et je le suppose, que l’on ait lu, sans s’épargner quelque peine, mes ouvrages antérieurs : car, en effet, ceux-ci ne sont pas d’un abord très facile. Pour ce qui en est, par exemple, de mon Zarathoustra, je ne veux pas que l’on se vante de le connaître si l’on n’a pas été quelque …

Jour 6 - L'ermitage Drak Yerpa

Mercredi, je retrouve Chime, Marion et notre chauffeur pour aller à Drak Yerpa, un lieu d'ermitage situé à une heure de Lhasa. C'est un lieu peu fréquenté par les touristes, mais pour lequel les pèlerins viennent de très loin. Sur place, nous allons par exemple en croiser qui viennent du Ladakh et de la région au pied de l'Everest, qu'ils soient laïcs, en famille ou moines et nonnes. Le lieu est incroyable : à flanc de montagne s'accrochent de nombreuses petites maisons blanches et rouges, aux toits d'or, pour abriter l'entrée des grottes où, depuis des siècles, viennent les yogis et lamas en retraite. Les plus grands maîtres du bouddhisme tibétain sont venus faire des retraites ici, de plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois, y compris les grands dirigeants du Tibet. Les chapelles troglodytes abritent des statues, des autels et même une salle de rituel où se réunissent les moines qui vivent sur les lieux. Dans l'ancien temps, les grottes n…

Le Potala et Norbulingka

Mardi matin, le jour se lève à peine sur la montagne, les nuages s'accrochent et s'effilochent sur les sommets : il est 7 heures, la ville se réveille. Je retrouve Chime dans le hall, elle est assez speed car nous avons une heure très précise pour entrer au Potala. Elle s'agace sur les taxis, finit par en trouver un qui lui convient et nous voilà parties pour le mythique palais. C'est impressionnant vu d'en bas, c'est une montagne !
Il y a une queue monstre pour l'entrée de 8h40, mais Chime n'a pas envie d'attendre et elle nous fait passer devant tout le monde, après quelques tractations. Ce jour-là, je suis la première étrangère à entrer au Potala... cette femme est incroyable ! Nous montons doucement les innombrables marches de cette cité immense et en grande partie abandonnée. Cette sensation de lieux vidés, je la retrouverai à Sera, deux jours plus tard. Une fois dans la partie haute, nous avons une heure, pas plus : nous commençons par les appa…

Lhassa, jours 3 et 4

Chers lecteurs, que c'est difficile de trouver du temps ! En 4 jours, j'ai vu les plus belles merveilles de Lhassa et nous avons abattu un travail monstre avec Marion pour seulement quelques heures de sommeil : en fait, quoique le mal de tête soit passé, j'ai encore des insomnies et comme je marche énormément, ça ne s'arrange pas. Il paraît qu'à partir de demain, mon corps aura enfin compensé l'altitude... sauf qu'aujourd'hui, on est montées encore plus haut !
Bref, voici le déroulé du troisième jour :
Dimanche était un jour faste pour aller au Jokhang : c'était la nouvelle lune, il y a plusieurs jours fastes pour s'y rendre. C'est un temple très ancien (XIIè) qui abrite le Jowo, une statue d'une importance capitale pour les Tibétains car elle a été offerte par l'épouse chinoise de Songsten Gampo au VIIème siècle. Nous commençons par faire la kora autour du Jokhang, dans le Barkhor. C'est très émouvant de voir les moines faire le…