Articles

Bienvenue lecteur ami !

Image
Entrez dans mon journal désintimisé, mélange de réflexions, de partages de lectures et de films, d'infos sur mes bouquins, d'âneries aussi...
Créé il y a déjà 7 ans, il a commencé avec mon premier roman, et 10 parutions plus tard, il avait besoin d'un nouveau design, j'espère que vous apprécierez !

Le 10ème petit est paru donc, voici 42 jours, le 4ème de mes romans historiques qui, je crois, fermera la boucle. Commencée avec Paul Beorn, cette balade dans les temps jadis m'a beaucoup apporté depuis 4 ans et je suis heureuse que vous, lecteurs, y soyez si sensibles. En France et dans tant d'autres pays !

Sur la genèse de ce roman, retrouvez mes articles ici et .

Je suis heureuse de le publier, bien sûr, comme tous les autres...
Mais tout de même, celui-ci me remplit particulièrement d'aise. Pourquoi ?

Tout d'abord, j'ai l'impression de rendre justice à Xavier Decousus et Jean Gomez en redonnant vie au Manoir en folie, que j'ai écrit et publi…

Les paradis

Image
Le paradis est là où on le voit, n'est-ce pas ? Pour moi, le paradis, c'est la chaleur, les espaces larges et confortables, la lumière, la bonne nourriture et surtout les amis. Il y a eu plusieurs paradis dans ma vie ; le Kerdou nous abritait en Bretagne quand j'étais petiote, et le jour où je l'ai revu, je l'ai trouvé tout minus... j'avais beaucoup grandi. Les Rigalloux en Charente où Pico et Dédée nous accueillaient pour des week-ends de jeux de rôle endiablés. Bonne Aygue sur le bord du lac de Parentis, où nous passons des heures molles à regarder les enfants sauter dans l'eau toute la journée, où se préparent des plâtrées de pâtes et des crèmes Jock, où les journées s'achèvent sur des parties de molky au rhum et les bougies dans la nuit qui tombe.
Des lieux où je me ressource pour écrire, courir, repartir de plus belle.

Cette année j'ai découvert un nouveau lieu rare et précieux... Ses habitants en ont fait un endroit si accueillant que je le cla…

Bon anniversaire Anaïs Nin !

Image
«  Pourquoi on écrit est une question à laquelle je peux répondre facilement, me l’étant si souvent posée à moi-même. Je crois que l’on écrit parce que l’on doit se créer un monde dans lequel on puisse vivre. Je ne pouvais vivre dans aucun des mondes qui m‘étaient proposés : le monde de mes parents, le monde de Henry Miller,  le mode de Rango,  ou le monde de la guerre. J’ai dû créer un monde pour moi, comme un climat, un pays, une atmosphère, où je puisse respirer, régner et me récréer lorsque j’étais détruite par la vie. Voilà, je crois, la raison, de tout œuvre d’art. L’artiste est le seul qui sache que le monde est une création subjective, qu’il faut opérer un choix, une sélection des éléments. C’est une concrétisation, une incarnation de son monde intérieur. Et puis il espère y attirer d’autres êtres, il espère imposer cette vision particulière et la partager avec d’autres. Même si la seconde étape n’est pas atteinte, l’artiste, néanmoins, continue vaillamment. Les rares moments…

Ecouter Eco au lieu de faire mon nano...

Image
... et avoir des milliers d'idées qui surgissent !
Je vous indique le lien pour découvrir un peu plus avant ce grand homme :
https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs/umberto-eco-13-le-bibliophage

Et voici le texte complet d'une très belle réflexion sur la lecture :

"Chi non legge, a 70 anni avrà vissuto una sola vita : la propria. Chi legge avrà vissuto 5000 anni : c'era quando Caino uccise Abele, quando Renzo sposò Lucia, quando Leopardi ammirava l'infinito... perché la lettura è un'immortalità all'indietro."


"Ceux qui ne lisent pas n'auront à 70 ans vécu qu'une seule vie : la leur. Ceux qui lisent auront vécu 5000 ans : ils étaient là quand Caïn a tué Abel, quand Renzo a épousé Lucia, quand Leopardi admirait l'infini... parce que la lecture est une immortalité à rebours."


Résolution

Image
Quand vient la rentrée, les profs font leurs résolutions de nouvelle année. Et oui, on est un peu décalés...

Pour ma part, outre tenir mon casier rangé, j'ai surtout décidé ce week-end de travailler plus l'écriture, de la travailler vraiment, de lire, d'écrire, de noter, de creuser, de chercher bien plus que je ne le faisais jusque là. Qui m'a donné cette impulsion ? Barbara, mon éditrice. Elle sait me faire travailler et elle sait qu'il faut que je travaille plus pour atteindre mes nouveaux objectifs. Alors au boulot.
Déjà, je vais commencer par établir ici le calendrier de travail prévisionnel :

A rendre pour fin novembre : Manoir en folie (titre provisoire) + suite (roman historique 2017 dans la collection Castelmore)

A rendre pour avril : Louise Cigogne (roman pour cycle 3 pour une nouvelle éditrice)

A rendre pour fin novembre 2017 : Peach crime (romans pour lycéens pour Castelmore)

+ Essai sur Harry Potter courant de l'année

+ Projet secret courant de l'ann…

La fiancée du pirate

Image
Un film à voir !!



https://www.youtube.com/watch?v=j5WREkiT1P4

Question de genres...

Image
En préambule, une citation de la très appréciée, voire même vénérée... Mme de Sévigné !! 
Eh oui, j'avoue, elle a aussi de bons côtés. D'ailleurs, si vous n'avez pas lu encore l'hommage, discret, que je lui rends dans Les Lettres volées, n'hésitez pas, le bouquin plaît beaucoup et je serais ravie d'en parler avec vous !
Donc, cette femme parfois fort drôle disait à Ménage :
"Madame de Sévigné s’informant de ma santé, je lui dis : Madame, je suis enrhumé. 
Je la suis aussi, me dit-elle. 
Il me semble, lui dis-je, Madame, que selon les règles de notre langue, il faudrait dire, Je le suis. 
Vous direz comme il vous plaira, ajouta-t-elle, mais pour moi je croirais avoir de la barbe si je disais autrement." Ménage, Menagiana, ou les bons mots, les pensées critiques, historiques, morales et d’érudition de Monsieur Ménage, recueillies par ses amis, seconde éd.augmentée. Paris, Delausne, 1694, p. 87
Uh uh uh ! Mme de Sévigné réagissait là contre une nouvelle règle …

Retour sur ancien texte

Image
Pour comprendre mon cheminement jusqu'aux lettres volées, un retour en arrière s'impose : allons voir ensemble la Carte du tendre, un article féministe qui se trouve ici : http://augredemeshumeurs.blogspot.fr/2013/12/la-carte-du-tendre.html


L'attente

Image
(photo de Kindra Nicole)
Dans les jours qui précèdent la sortie d'un roman, je me sens un peu bizarre... les services de presse sont partis chez les journalistes et blogueurs, les libraires ont déjà eu les épreuves non corrigées et ils font leurs commandes, des lecteurs ajoutent le roman à leur wish-list... mais que fait l'auteure ?

L'auteure ne fait rien, elle attend, comme une femme enceinte sur le point d'accoucher : intellectuellement bloquée, elle n'arrive pas à écrire, ni à lire (alors qu'elle doit lire les romans des copines, en plus du programme chargé des Imaginales) alors elle corrige des copies.

De temps en temps, pas plus d'une fois par jour, elle se googueulise pour trouver une chronique, qu'elle lit en tremblant... ouf, c'est du bon !

http://www.lirado.com/lettres-volees-silene-edgar/
http://unjour-unlivre.fr/2016/04/les-lettres-volees-de-silene-edgar.html

Elle attend, elle patiente, elle s'impatiente. Pourtant, elle sait bien que ce…

Quinze oeuvres poétiques marquantes

Image
Défi lancé par mon frère : Quels livres de poésie vous ont profondément marqué(e) ?

Une liste de quinze (plus dur) : 
1) Histoire de ne pas rire (Paul Nougé)  2) Héros-limite (Ghérasim Luca)  3) Le parti-pris des choses (Francis Ponge) 4) Tout Verlaine 5) Tout Rimbaud 6) Les Fleurs du mal (Charles Baudelaire) 7) Les Complaintes (Jules Laforgue) 8) Oeuvres poétiques (Louise Labé) 9) La légende des siècles (Victor Hugo) 10) Le gardeur de troupeaux (Fernando Pessoa)  11) Capitale de la douleur (Paul Eluard)  12) Le déshonneur des poètes (Benjamin Péret)  13) Le Livre des êtres imaginaires (Borges)  14) Hydrogen Jukebox (Allen Ginsberg) 15) Les yeux d'Elsa (Aragon).
(photo : Elena Lopez)


Histoire de ne pas rire... comme par hasard objectif, c'est très exactement le 26 avril 2012, soit 4 ans avant cet article, jour pour jour, que je citais déjà Nougé sur ce texte et je vous renvoie donc à cet excellent poème : http://augredemeshumeurs.blogspot.fr/2012/04/paul-nouge.html
Il me semble…